5.10.2018

Interview du mois - Yanan Wang

Nouveauté cette année avec les interviews des joueurs de l'EPI : premier volet avec notre joueuse de l'equipe Pro, Yanan

Bonjour Yanan, tout d’abord, peux-tu te présenter à nous ?

Bonjour, je m’appelle Yanan Wang et j’ai 30 ans. Je suis numéro 15 française et ça fait 3 ans que je suis au club d’Issy-les-Moulineaux.

 

Qu’est-ce qui te plaît au club d’Issy-les-Moulineaux ?

Ce qui me plaît est qu’il y a une très bonne ambiance, c’est un club très familial. Tout le monde est sympathique et chaleureux. Les horaires sont fixés pour les séances collectives du mardi et jeudi soir. De plus, le niveau est élevé et les garçons et les filles s’entraînent ensemble.

 

Raconte-nous un peu ta première rencontre de la saison, à Saint-Quentin (une victoire et une défaite au niveau individuel, pour une défaite « encourageante » de l’équipe sur le score de 3 à 2).

C’était le premier match de la saison. Honnêtement, je n’étais pas très bien. J’étais très stressée car c’est toujours compliqué de commencer une nouvelle saison. Cela faisait longtemps que je n’avais pas joué contre des filles aussi fortes puisque ça faisait quelques années que j’évoluais en Pro B. Peu importe les filles qu’il y a en face, j’ai toujours envie de gagner. Après, sur Saint Quentin, le problème était inconscient. C’était mental. J’ai eu l’impression que tout ce que je faisais n’était pas efficace, ou insuffisant, ce qui m’a donné une sensation de doute. Et c’est cette sensation de doute qui m’a fait perdre mon simple, je pense. J’ai pensé à trop de choses, ce qui a fait que je n’ai pas pu évoluer à mon niveau habituel, même si la fille en face a très bien joué.

 

Quels sont tes objectifs personnels, si tu en as, pour cette nouvelle saison ?

Au niveau individuel, je n’en ai pas vraiment puisque j’ai arrêté le Critérium Fédéral pour me consacrer exclusivement à l’équipe, avec laquelle on joue le maintien en Pro A. J’essaye juste de gagner tous les matchs que je joue pour le club.

 

Comment se passe l’intégration des jeunes (Isa Cok et Vony-Ange Randriantsoa) dans l’équipe Pro, car on sait qu’elles font désormais partie de l’équipe cette saison après le départ de Yu Hua Liu ?

Déjà le premier match, Isa a joué avec nous. Après je pense qu’elle a encore pleins de choses à apprendre. C’était ses débuts en Pro A, et c’est complètement différent des autres divisions. Elle est avec nous avec le banc, et du coup, elle apprend beaucoup. Pour l’instant, elle est forcément un peu en-dessous du niveau des autres filles, mais elle prend en expérience et va jouer de mieux en mieux. Isa et Vony n’ont pas de pression et on ne leur en met pas non plus. Pour l’instant, c’est surtout l’attitude à la table qui importe et puis, qui sait, que ça soit Isa ou Vony, peut-être que les résultats viendront ensuite !

 

Dernière question, quel est ton projet futur ?

On ne peut pas savoir où j’en serais dans un, deux ou trois ans. Cependant, il y a deux ans, j’ai eu mon diplôme d’entraîneur, et cela peut-être une perspective pour plus tard, afin d’aider les autres et de transmettre aux jeunes tout ce que je sais dans le ping.

 

Propos recueillis par Grégoire Allain pour notre partenaire We Sport.