6.12.2018

Interview du mois - Gaëlle Beaussart

Troisième volet de nos interviews du mois avec notre entraîneuse et joueuse du club, Gaëlle

Bonjour Gaëlle, tout d’abord, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Gaëlle Beaussart, j’ai 23 ans. J’ai commencé le tennis de table à l’âge de 6 ans. Je suis actuellement numéro 165 française.

 

Comment as-tu commencé le ping ?

J’ai commencé le tennis de table grâce à mes parents qui sont pongistes depuis très longtemps. Un jour, ils m’ont emmené à la salle d’Issy-les-Moulineaux, j’ai essayé, et ça m’a tout de suite plu donc j’ai continué !

 

Tu es restée un grand nombre d’années au club d’Issy avant de partir à Rennes, puis de revenir. Qu’est-ce qui te plaît ici ?

C’est un club très convivial, très familial. L’ambiance est très bonne entre les joueurs et les entraîneurs. On a la possibilité de venir s’entraîner tous les jours si on le souhaite. Le groupe est très homogène donc on peut jouer avec des joueurs différents. C’est un club qui m’a fait grandir. Je m’y sens très bien et je suis très contente d’être revenue à l’Entente Pongiste Isséenne !

 

Tu as récemment passé des diplômes pour entraîner. Quelle est ta volonté à moyen terme ? Entraîner des jeunes ? Est-ce que c’est un moyen pour toi de te rapprocher du métier de professeur de sport des écoles auquel tu aspires ?

Oui, tout d’abord j’ai obtenu une licence STAPS il y a 3 ans. En parallèle, j’ai passé mes diplômes d’animateur fédéral, d’entraîneur fédéral et enfin le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle). Ils m’ont permis de commencer à entraîner, quelques heures au club par semaine, depuis la saison dernière. Pour l’avenir, je souhaite être professeur de sport dans les écoles primaires. Pour cela, il me faut passer le concours ETAPS. Le but est d’arriver à concilier mes deux activités : continuer à entraîner le soir à Issy-les-Moulineaux et la journée à enseigner dans les écoles. Ce sont deux activités indépendantes mais dont les compétences se rapprochent finalement.

 

Que t’as apporté ton expérience du haut niveau ?

Le haut niveau jeune m’a apporté pas mal de choses : la rigueur, le travail, savoir gérer ses émotions, cohabiter en groupe ou encore se remettre en question… Grâce à cela, j’ai aussi pu voyager, découvrir plein de cultures lors des stages et des compétitions internationales. En ce qui concerne mon expérience de la Pro c’est un autre monde. J’ai joué pendant deux ans et je ne le regrette pas. Ce n’était pas facile mais c’était une chance de jouer les meilleures françaises !

 

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs cette saison ?

Mes objectifs personnels sont de continuer à progresser, de prendre du plaisir à jouer et de « m’éclater » devant une table. Avec l’équipe, l’objectif est de se maintenir en Nationale 1. On est dans une phase compliquée mais on va essayer d’aller chercher le maintien toutes ensembles en essayant de vivres de belles émotions.

J’espère pouvoir apporter mon vécu aux plus jeunes et vivre une belle aventure sportive et humaine.

 

Comment vois-tu ton « projet de carrière » dans le ping-pong (Combien de temps te vois-tu encore jouer en compétition ? Comptes-tu basculer sur un avenir d’entraîneur à plein temps ?)

Pour l’instant, je souhaite continuer à jouer en compétition tant que j’aurai la motivation, la santé et la situation professionnelle qui va avec. A long terme, j’aimerais bien allier les deux rôles de joueuse et d’entraîneur. J’aime encore trop le tennis de table pour arrêter. Je pense encore pouvoir progresser et améliorer mon jeu et, en tant qu’entraîneur, apporter mon vécu et mon expérience aux jeunes du club.

 

Propos recueillis par Grégoire Allain.